Prêtre diocésain à Versailles

Mourir et ressusciter

séminaristes de versailles nuit des témoins

Le jour de son baptême, le disciple du Christ a fait l’expérience une fois pour toutes de mourir et de ressusciter.

Cette expérience fondamentale forge et marque notre identité chrétienne. Elle est aussi essentielle dans la suite radicale du Christ qui conduit à mourir à soi-même pour être ressuscité avec lui et ainsi se laisser transformer par la grâce de sa mort et de sa résurrection.
Permettre à nos séminaristes de faire cette expérience fondatrice est un objectif fort d’un séminaire de 1er cycle. Nos échecs, nos limites, nos incapacités deviennent alors l’occasion de s’appuyer sur le Christ et non sur nos propres forces. Cette expérience nous renforce : comme le rappelle saint Paul aux Corinthiens : « C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. […] Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort (2Co 12, 9b.10b) ».
Cette expérience peut se vivre dans plusieurs domaines, je vous propose avec simplicité de découvrir ces lieux de conversion proposés aux séminaristes. Devenus serviteurs de l’Église, ils sauront, dans les tempêtes, s’appuyer d’abord sur le Christ, le rocher de leur vie.

pere matthieu dupont Père Matthieu Dupont,
Supérieur du séminaire de Versailles

Découvrir le Séminaire de Versailles

pétanque séminaire Versailles
Détail du christ du séminaire de versailles

Vivre avec lui, la mort de l’Homme ancien et la naissance de l’Homme nouveau 

Apprenant à toujours mieux connaître la personne de Jésus-Christ, les séminaristes s’habitueront à répondre consciemment par un engagement de tous les aspects de leur vie à la question qu’Il leur adresse : “M’aimes-tu ?”. Ils feront en particulier l’expérience que cette suite du Christ (sequela Christi) comme baptisés, implique de vivre avec lui la mort de l’homme ancien et la naissance de l’homme nouveau (Extrait du Règlement Intérieur N°33).

La vie fraternelle est une école de patience et de remise en cause

« Dans la confrontation simple aux autres, j’ai découvert mes limites, mes difficultés à appréhender tel ou tel caractère. J’ai fait le deuil d’éprouver de la sympathie envers tous. J’ai appris à aimer chacun comme un frère, un frère du Christ »

L’expérience spirituelle fondamentale de la grande retraite des 30 jours

« Lors de cette grande retraite, j’ai fait l’expérience d’être sauvé. J’ai pu laisser le Christ débusquer mes illusions notamment, en passant de la conviction que le Christ avait de la chance de m’avoir comme futur prêtre à la remise de ma vie avec ses bosses et ses blessures au Christ, seul sauveur ».

Mais aussi celle du Triduum Pascal en abbaye

« Lors de ce Triduum à Sept-Fons, la liturgie est devenue vraiment suggestive et réelle. Traversant les offices au rythme de la prière monastique, j’ai pu laisser le Christ m’éclairer et m’ouvrir un chemin dans ce qui semblait une impasse. Deo gratias ! »

séminariste en train de travailler
jeunes assis par terre

 L’étude est un chemin de transformation

« Sous l’impulsion de mon tuteur, j’ai consenti à affronter un auteur pour lequel je n’avais pas de goût. Bataillant avec ses écrits, j’ai expérimenté ma difficulté à le comprendre et à accueillir sa pensée qui me rebutait.
Moi qui me croyais brillant, j’ai accepté d’avancer pas-à-pas ; j’ai vécu une vraie conversion intellectuelle et spirituelle ».

L’échec pastoral est « fécond »

« J’avais préparé à fond cette rencontre d’aumônerie, travaillant chaque texte avec précision. Lors de la séance, les jeunes étaient ailleurs, n’entrant pas du tout dans la séquence. Ils chahutaient
tant et si bien que rien ne passait. Avec simplicité, je leur ai dit ma déception. Ils m’ont expliqué alors leurs difficultés scolaires que ma séance leur rappelait. Nous avons tour à tour présenté au
Seigneur une de nos limites dans un beau temps de prière. Dieu fait des merveilles ».

La maison Saint Jean-Baptiste fête ses 20 ans !

En 2022 nous rendons grâce à Dieu pour vingt ans de présence à Versailles de la Maison Saint-Jean- Baptiste. Lorsque Mgr Aumônier décide de son ouverture en septembre 2002, il désigne ce qui sera proposé par l’appellation « année de fondation spirituelle ».
Il s’agit d’offrir une année de retrait et de conversion pour fonder sa vie sur le Christ, en le choisissant comme la pierre de fondation de toute son existence. Plutôt que de vouloir discerner sa vocation en commençant par réfléchir aux différents choix possibles − prêtre diocésain, religieux ou mariage −, l’objectif visé était de rencontrer le Christ en profondeur et de choisir de le suivre comme son disciple.
Et ce n’est qu’au coeur de ce compagnonnage avec le Christ et par la vie communautaire pour apprendre à vivre en frère, que chacun s’ouvre progressivement à l’appel particulier de Dieu sur lui.
– 186 personnes accueillies à la MSJB depuis 2002
– 73 prêtres, religieux, consacrés (dont 63 prêtres diocésains)
– 32 séminaristes actuellement en formation
– 7 propédeutes actuellement en formation
– 16 diocèses ont été en lien avec la maison
Ces chiffres sont l’occasion de renouveler nos prières !

 

 

Que le Seigneur envoie des ouvriers à la moisson abondante !

maison Saint Jean-Baptiste

Le Père Grégoire Leroux présente la Maison Saint Jean-Baptiste

Le service des Vocations propose

Foyers étudiants
Les foyers étudiants du diocèse de Versailles, répartis sur Versailles et saint Germain en Laye, accueillent aujourd’hui 24 jeunes pour une année scolaire.
Ces foyers chrétiens sont des lieux structurants destinés aux jeunes désirant une vie communautaire et un cadre propice pour étudier en contrepartie d’un engagement pastoral. Chaque foyer est suivi par un couple et un aumônier.
Pour les garçons ou filles entre 19 et 24 ans, sur lettre de motivation et recommandation d’un prêtre.
Contact : Foyers.etudiants@catholique78.fr

Camp ADSUM (Me voici !)
Comme chaque année, les pères Grégoire Leroux et Mathieu de Raimond, accompagnés d’un séminariste et d’une famille, proposent un camp d’été à tous les jeunes qui veulent découvrir la vocation de prêtre diocésain (garçons de 14 à 17 ans, en classe de 4e à 1ère).
Entre montagne et lac, les activités sont variées pour une expérience d’amitié et de joie. Renseignements et inscription : adsum@catholique78.fr

Retraite de Saint Ignace

Chaque fin d’année après Noël, une quinzaine de jeunes hommes du diocèse, qui discernent une vocation sacerdotale ou religieuse, participent à cette retraite selon les exercices de saint Ignace. Elle est prêchée par Monseigneur Pascal Roland, évêque de Belley-Ars et le père Mathieu de Raimond, accompagné du père Amaury du Fayet de la Tour délégué aux vocations du diocèse de Versailles.

Les responsables du service des vocations de Versailles

Père Amaury du Fayet de la Tour

Lui écrire >

père stéphane Fonsalas

Père Stéphane Fonsalas

Lui écrire >

Pere Gregoire leroux

Père Grégoire Leroux

Lui écrire >

Soeur Jean Samuel 3

Soeur Jean Samuel

Lui écrire >

magazine-odv

Découvrez
le magazine
Vocations

C'est une publication trimestrielle publiée par l’Œuvre des Vocations au service des donateurs et des vocations en Ile-de-France

Et retrouvez les nouvelles des séminaristes d'Ile-de-France en vous abonnant à notre lettre d'informations

Inscrivez-vous à notre lettre pour recevoir les enseignements de Carême et d'Avent.